Programme définitif du colloque : J-24

Le programme définitif est désormais accessible et téléchargeable en cliquant sur le lien suivant : programme complet NIF

Jeudi 21 septembre 2017

9h-10h15 — Conférence plénière

  • Sara Calderón, Université de Nice : « Quels enjeux pour les nouveaux imaginaires du féminin ? »

10h30-12h — Atelier 1 : Vers de nouvelles représentations sociales du féminin ?

  • Laure Bolka Tabary, Université de Lille : « Femmes et numérique : quelles évolutions ou persistances des stéréotypes de genre ? »
  • Samira Boubakour, Université de Batna 2 : « Femmes et genre au prisme des manuels scolaires »

10h30-12h — Atelier 2 : Nouveaux avatars du féminin

  • Ludivine Alienne-Dies ; doctorante, Université d’Amiens : « S’emparer de la robotique humanoïde, ou comment une approche de genre permet de penser le robot »
  • Julie Cailler, Université Paris VIII, rédactrice revue d’art contemporain Branded : « Images et imaginaires : autoreprésentations de femmes »
  • Thomas Planques, game-designer, Sorbonne Universités : « Représentations féminines dans le jeu vidéo : un tour d’horizon des courants dominants et des évolutions en cours »

12h-13h30 — Buffet

13h30-15h — Table Ronde : les violences de genre faites aux femmes

  • Nuria Varela, journaliste, écrivaine, directrice du cabinet de la ministre Bibiana Aido au Ministère de l’Egalite, 2008-2010.
  • Isabelle Steyer, avocate au barreau de Paris, spécialiste du droit concernant les violences de genre et conjugales.

15h15-16h55 — Atelier 1 : Le féminin juridique et politique

  • Caroline Vinals, Université de Lille : « La quête d’une société nouvelle et l’émergence des femmes politiques en Espagne »
  • Alicia Fernandez Garcia, Université Paris Est Marne La Vallée : La représentation des femmes en politique dans l’Espagne d’aujourd’hui
  • Magali Guaresi ; Université de Nice : « Se présenter pour représenter : invention et réinvention des féminités politiques dans le discours électoral sous la Cinquième République (1958 – 2007) »
  • Jean Laurent Rosenstrauch ; chercheur indépendant : « Une pérennité assumée des représentations inégalitaires entre les femmes et les hommes dans les législations françaises, espagnoles et portugaises en matière de violences de genre (2004-2017) »

15h15-16h55 — Atelier 2 : Le réinvestissement des corps

  • Maria Rosa Lehman ; Université Panthéon-Sorbonne : « Becoming the subject : la lutte féminine des années 60-70 – Une visée contre l’objectification de la femme ou A la recherche d’une représentations renouvelée »
  • Anne-Charlotte Millepied ; EHESS, Université de Genève : « L’autodéfense féministe : un lieu de production de représentations alternatives du genre »
  • Collectif RESECO (Récits, Sexualité, Sontraception) : « La mise en récit du for intérieur féminin, un nouveau gouvernement des corps. Autour des archives du fonds Ménie Grégoire »
  • Hélène Deville ; Université de Toulouse 2 Jean-Jaurès : « Les “constellations” d’imaginaires du féminin dans le roman Vaca Sagrada, de Diamela Eltit »

17h10-18h30 — Atelier 1 : Reconfiguration culturelle

  • Adeline Lemenager ; Université de Rennes 2 : « Construction d’une histoire lesbienne et féministe à travers la réinterprétation du mythe des Amazones »
  • Nicolas Faynot ; Université de Lyon 2 : « La réception de la série TV sénégalaise Dinamaneex : renversement des rapports de pouvoir et figures de la réussite au féminin »
  • Saadia Taouki ; Université de Casablanca : « L’identité féminine dans le roman : déconstruction du réel par l’imaginaire »

17h10-18h30 — Atelier 2 Ecrire le moi

  • Cedric Courtois ; Université de Paris I : « Everything Good Will Come (2005) de Sefi Atta : un Bildungsroman féministe ancré dans l’Histoire du Nigéria »
  • Guo Lanfang ; Université Paris Diderot : « Vers un nouveau imaginaire du féminin : L’écriture privée de Chen Ran »
  • Xiaomin Giafferi ; Université de Nice : « Entre tradition et modernité, la femme chinoise rurale d’aujourd’hui à travers Dix conversations sur la vie et la mort de Sun Huifen »

18h45 — PERFORMANCE

Vendredi 22 septembre 2017

9h-10h30 — Atelier 1 : Réinvention d’un imaginaire féminin : l’énonciation

  • Muriel Boisvilliers ; Université de Nice : « Les femmes obèses, éternelles et incroyables discriminées ? »
  • Aurélie Olivesi ; Université de Lyon I : « Le discours des nouveaux médias féministes, quel renouvellement des imaginaires du féminin ? »
  • Alina Bako ; Université « Lucien Blaga » Sibiu : « Femme impure : les romans roumains au début du XX siècle »

9h-10h30 — Atelier 2 : Réinvention d’un imaginaire féminin II : libération et transgression

  • Mahamadou Lamine Ouedraogo ; Université de Koudougou : « Intimité et extimité du féminin dans Le mal de peau de Monique Ilboudo. L’identité culturelle par delà les frontières du corps »
  • Mohammad Taghi Karami Gahi ; Tahereh Khazaei, Université de Téhéran ; Université de Bordeaux : « Le cinéma de résistance : le cinéma iranien contemporain et la modification des stratégies »

10h45-12h15 — Table ronde : Presse et nouvelles représentations des femmes

  • June Fernández, directrice de Pikara Magazine
  • Aude Lorriaux, journaliste à Slate, journaliste indépendante

12h-13h30 — Buffet

 

13-30h-14h30 — Conférence plénière

  • Marie-Joseph Bertini, Université de Nice:  « Le Grand Récit de l’ordre symbolique, irréductible agent de l’organisation sociale ? »

14h45-16h10 — Atelier 1 : Littérature et transgression sexuelle

  • Charlotte Comtois ; Université de Sherbrooke : « Prendre la parole et la rue : Pute de rue de Roxane Nadeau »
  • Marion Coste ; Université de Grenoble : « Pornographie et féminisme dans Femme nue, femme noire de Calixthe Beyala »
  • Dalila Belkhacem ; Université d’Oran 2 : « Sex and the Medina de Leila B. : un nouvel imaginaire du/au féminin dans la littérature féminine d’expression française »

14h45-16h10 — Atelier 2 : Aliénation

  • Liza Steiner ; Université de Strasbourg : « L’écriture féminine du désir : libération, libéralisation »
  • Lucie Bernard ; Université de Franche-Comté : « Twiligth, un récit féminin du patriarcat au 21° siècle »
  • Philippine Clot ; Université de Grenoble : « Les figures féminines construites par la presse magazine masculine à travers les formes de portraits médiatiques. Le cas des magazines GQ et Lui»

16h30 — Débat de clÔture

Le pré-programme des deux journées du colloque est arrivé

JOURNÉE 1 

9h –10h15

Sara Calderón, Université de Nice : « Quels enjeux pour les nouveaux imaginaires du féminin ? »

10h30 – 12h : Ateliers

Vers de nouvelles représentations sociales du féminin ?

  • Laure Bolka Tabary, Université de Lille : « Femmes et numérique : quelles évolutions ou persistances des stéréotypes de genre ? »

  • Samira Boubakour, Université de Batna 2 : « Femmes et genre au prisme des manuels scolaires »

  • Khateryn Tremblay, Université Laval ; Université Paul-Valéry : « Femmes et reporters de guerre »

Nouveaux avatars du féminin

  • Ludivine  Alienne-Dies, Université d’Amiens : « S’emparer de la robotique humanoïde, ou comment une approche de genre permet de penser le robot »

  • Julie Cailler, Université Paris VIII : « Images et imaginaires : autoreprésentations de femmes »

  • Thomas Planque, Sorbonne Universités : « Représentations féminines dans le jeu vidéo : un tour d’horizon des courants dominants et des évolutions en cours »

13h30-15h Table Ronde : les violences de genre faites aux femmes

  • Nuria Varela, journaliste, écrivaine, directrice du cabinet de la ministre Bibiana Aido au Ministère de l’Egalité, 2008-2010
  • Isabelle Steyer, avocate au barreau de Paris, spécialiste du droit concernant les violences de genre et conjugales

15h15 – 16h55 : Ateliers

Le féminin juridique et politique

  • Caroline Vinals, Université de Lille : « La quête d’une société nouvelle et l’émergence des femmes politiques en Espagne »

  • Alicia Fernandez Garcia, Université Paris Est Marne La Vallée : La représentation des femmes en politique dans l’Espagne d’aujourd’hui

  • Magali Guaresi, Université de Nice : « Se présenter pour représenter : invention et réinvention des féminités politiques dans le discours électoral sous la Cinquième République (1958 – 2007) »

  • Jean-Laurent  Rosenstrauch, chercheur indépendant : « Une pérennité assumée des représentations inégalitaires entre les femmes et les hommes dans les législations françaises, espagnoles et portugaises en matière de violences de genre (2004-2017) »

Le réinvestissement des corps

  • Maria Rosa  Lehman, Université Panthéon-Sorbonne : « Becoming the subject : la lutte féminine des années 60-70 – Une visée contre l’objectification de la femme ou A la recherche d’une représentations renouvellée »

  • Anne-Charlotte Millepied, EHESS, Université de Genève : « L’autodéfense féministe : un lieu de production de représentations alternatives du genre »

  • Collectif RESECO (Récits, sexualité, contraception) : « La mise en récit du for intérieur féminin, un nouveau gouvernement des corps. Autour des archives du fond Ménie Grégoire »

  • Hélène Deville, Université de Toulouse 2 Jean-Jaurès : « Les “constellations” d’imaginaires du féminin dans le roman Vaca Sagrada, de Diamela Eltit »

17h10 – 18h30 : Ateliers

Reconfiguration culturelle

  • Adeline Lemenager, Université de Rennes 2 : « Construction d’une histoire lesbienne et féministe à travers la réinterprétation du mythe des Amazones »

  • Nicolas Faynot, Université de Lyon 2 : « La réception de la série TV sénégalaise Dinamaneex : renversement des rapports de pouvoir et figures de la réussite au féminin »

  • Saadia Taouki, Université de Casablanca : « L’identité féminine dans le roman : déconstruction du réel par l’imaginaire »

Ecrire le moi

  • Cédric Courtois, Université de Paris I : « Everything Good Will Come (2005) de Sefi Atta : un Bildungsroman féministe ancré dans l’Histoire du Nigéria »

  • Guo Lanfang, Université Paris Diderot : « Vers un nouveau imaginaire du féminin : l’écriture privée de Chen Ran »

  • Xiaomin Giafferi, Université de Nice : « Entre tradition et modernité, la femme chinoise rurale d’aujourd’hui à travers Dix conversations sur la vie et la mort de Sun Huifen »

18h45 Spectacle

JOURNÉE 2

9h – 10h30 : Ateliers

Réinvention d’un imaginaire féminin I : l’énonciation

  • Muriel  Boisvilliers, Université de Nice : « Les femmes obèses, éternelles et incroyables discriminées ? »

  • Aurélie  Olivesi, Université de Lyon I : « Le discours des nouveaux médias féministes, quel renouvellement des imaginaires du féminin ? »

  • Alina Bako, Université Lucien Blaga Sibiu : « Femme impure : les romans roumains au début du XX siècle »

Réinvention d’un imaginaire féminin II : libération et transgression

  • Mahamadou Lamine  Ouedraogo, Université de Koudougou : « Intimité et extimité du féminin dans Le mal de peau de Monique Ilboudo. L’identité culturelle par delà les frontières du corps »

  • Mohammad Taghi  Karami Gahi, Tahereh Khazaei, Université de Téhéran ; Université de Bordeaux : « Le cinéma de résistance » : le cinéma iranien contemporain et la modification des stratégies »

10h45-12h15 Table ronde : presse et nouvelles représentations des femmes

  • June Fernandez, journaliste et directrice de Pikara Magazine
  • Aude Lorriaux, journaliste free lance (sous réserve)

13-30-14h30 Plénière

Marie-Joseph Bertini, Professeure des Universités, Université de Nice

14h45 – 16h10 : Ateliers

Littérature et transgression sexuelle

  • Charlotte Comtois, Université de Sherbrooke : « Prendre la parole et la rue : Pute de rue de Roxane Nadeau »

  • Marion Coste, Université de Grenoble : « Pornographie et féminisme dans Femme nue, femme noire de Calixthe Beyala »

  • Dalila Belkhacem, Université d’Oran 2 : « Sex and the Medina de Leila B. : un nouvel imaginaire du/au féminin dans la littérature féminine d’expression française »

Aliénation

  • Lisa Steiner, Université de Strasbourg : « L’écriture féminine du désir : libération, libéralisation »

  • Lucie Bernard, Université de Franche-Comté : « Twiligth, un récit féminin du patriarcat au 21° siècle »

  • Philippine Clot, Université de Grenoble : « Les figures féminines construites par la presse magazine masculine à travers les formes de portraits médiatiques. Le cas des magazines GQ et Lui »

16h30 Débat de clôture

17h Spectacle

Dîner

Appel à communication du colloque “Nouveaux imaginaires du féminin (NIF)” / “Nuevos Imaginarios de lo Femenino”

Appel à communication avant le 9 décembre 2016

Les façons de nous représenter le monde sont informées par un héritage culturel, politique et historique produit, des siècles durant, par des élites dont l’homogénéité sociale conditionnait la vision du monde. Si le phénomène est observable dans tous les domaines, c’est d’autant plus vrai pour les rôles et les identités de genre, le croisement des discours biologiques, juridiques et culturels composant de la sorte une structure qui a durablement vertébré le social et l’individuel.

Depuis plus d’un siècle, l’émancipation des femmes, l’essor des mouvements décoloniaux et l’émergence dans les productions culturelles de points de vue portés par des groupes dits minoritaires ont contribué à mettre en place des discours alternatifs. Des réappropriations, des réinterprétations et des subversions ont eu lieu qui, sur un moyen terme, ont participé à infléchir les représentations de genre.

De ce fait, les sociétés occidentales contemporaines semblent évoluer vers un changement de paradigme où, si les femmes ont conquis les droits citoyens et exercent par ailleurs dans des secteurs d’activité variés, elles restent soumises à des exclusions non visibles, telles que le « plafond de verre » et une plus grande précarité dans le monde de l’emploi, ou des violences qui leur sont spécifiques (féminicides, harcèlement sexuel, publisexisme…)

Dans le sens où les exclusions non visibles semblent émaner pour la plupart des représentations, il s’agit pour le présent colloque de s’interroger tant sur les représentations alternatives apparues depuis plus d’un siècle que sur l’impact que certaines représentations inégalitaires peuvent avoir sur des questions non résolues concernant l’émancipation des femmes.

On pourra ainsi se pencher sur le récit de soi que portent les productions culturelles où lesdites minorités se sont positionnées en tant que sujet : quelles représentations et visions ils contiennent ; quel est leur impact. Le travail sur la presse, les médias et la littérature sera en particulier apprécié. L’étude de fictions écrites ; de supports visuels tels que films ou jeux vidéos ainsi que d’expériences de publications journalistiques mises en place dans le but d’informer sur l’actualité en intégrant une perspective de genre seront ainsi privilégiées.

D’autre part on pourra se pencher, dans le sillage de la perspective mise en place par la « Loi de mesures de protection intégrale contre les violences de genre » unique en Europe et promulguée en Espagne en 2004, sur les questions se rapportant aux représentations dans la violence de genre. En effet, la loi espagnole repose sur l’analyse, engagée dès le préambule, selon laquelle la perception de l’inégalité constitue le principal élément déclencheur de ces violences (« Il s’agit d’une violence portée sur les femmes, du fait même d’être des femmes, parce qu’elles sont considérées par leurs agresseurs dépourvues des droits fondamentaux que sont la liberté, le respect et la capacité de décision », nous traduisons).

La réflexion peut mettre les perspectives contenues dans cette loi en dialogue avec les dispositions et perspectives du cadre législatif français ; aborder l’étude des mesures éducatives mises en place par le gouvernement ou dans le cadre d’une démarche associative ; mettre en lumière les initiatives citoyennes (productions artistiques participatives ; réseau associatif ; cercles de parole citoyens d’hommes égalitaires etc)….

Le présent colloque, appelé à se renouveler, a vocation à explorer au travers d’une approche interdisciplinaire trois axes principaux :

  • Eléments de permanence dans les représentations inégalitaires
  • Récit de soi et autoreprésentations : quels contenus et imaginaires ?
  • Recherche et militance : quels rapports ?

L’approche étant avant tout interdisciplinaire, les perspectives émanant des prismes de la sociologie, la critique littéraire, la narratologie, la philosophie, les sciences de la communication, la médecine ou la psychologie sont bienvenues.

Les propositions de communications devront nous parvenir à l’adresse Nouveaux-Imaginaires-du-Feminin@unice.fr au plus tard le 9 décembre 2016.

Les propositions devront comporter le nom et le prénom, le titre, un résumé de la communication d’environ 300 mots et une brève notice biographique.

 ***

Las formas de representarnos el mundo son modeladas por una herencia cultural, política e histórica producida durante siglos por élites cuya homogeneidad social condicionaba la visión del mundo. Si el fenómeno es observable en todos los ámbitos, esto es tanto más verificable en lo que atañe a los roles e identidades de género. De este modo, los discursos biológico, jurídico y cultural componen una estructura que ha vertebrado durablemente lo social y lo individual.

Desde hace más de un siglo la emancipación de las mujeres, la emergencia de los enfoques decoloniales y de producciones culturales que adoptan los puntos de vista de los grupos designados como minoritarios han contribuido a crear discursos alternativos. Se han dado así reapropiaciones, reinterpretaciones y subversiones que a medio plazo han contribuido a incidir en las representaciones de género.

De este modo, las sociedades occidentales parecen evolucionar hacia un cambio de paradigma en el que las mujeres han conquistado derechos ciudadanos y ejercen en sectores de actividad variados pero siguen estando sometidas a exclusiones invisibilizadas como el “techo de cristal”, una mayor precariedad laboral o violencias específicas (feminicidios, acoso sexual, publisexismo…).

Puesto que la mayoría de estas exclusiones parecen emanar de las representaciones, se trata en este coloquio de interrogarse tanto sobre las representaciones alternativas que han aparecido desde hace más de un siglo como sobre el impacto que algunas de las representaciones que sientan la desigualdad tienen en cuestiones no resueltas referidas a la emancipación de las mujeres.

Será posible interrogarse sobre el relato de sí que ponen en marcha las producciones culturales generadas por estas minorías cuando han podido posicionarse en tanto que sujeto : qué representaciones y qué visiones contienen ; cuál es su impacto. El trabajo con contenidos provenientes de la prensa, de los medios y de la literatura será particularmente apreciado. Podrá realizarse a través del estudio de ficciones escritas ; de soportes visuales como películas o videojuegos así como de las experiencias de publicaciones periodísticas creadas con el propósito de informar integrando una perspectiva de género.

Por otra parte, siguiendo las perspectivas contenidas en la “Ley orgánica de medidas de protección integral contra la violencia de género” promulgada en España en 2004 y todavía única en Europa, será valorado el estudio de cuestiones vinculadas a las representaciones en el ámbito de la violencia de género.

Esta ley española se basa en el análisis, enunciado ya en el preámbulo, según el cual la percepción de la desigualdad es el principal elemento que desencadena estas violencias (“Se trata de una violencia que se dirige sobre las mujeres por el hecho mismo de serlo, por ser consideradas, por sus agresores, carentes de los derechos mínimos de libertad, respeto y capacidad de decisión »).

La reflexión podrá también versar sobre las relaciones entre las perspectivas contenidas en esta ley y las disposiciones y perspectivas dispuestas a este propósito por el marco legislativo francés ; abordar las medidas educativas que ha dispuesto el gobierno español o francés o realizadas en el marco de asociaciones ; destacar las iniciativas ciudadanas (producciones artísticas participativas ; red asociativa ; círculos ciudadanos de palabra de hombres igualitarios etc).

Este coloquio busca explorar a través de un enfoque interdisciplinario tres ejes principales :

  • Los elementos de permanencia en las representaciones que conllevan desigualdad.
  • Las formas de dar cuenta de sí mismo y de construir autorepresentaciones : ¿qué imaginarios se solicitan?
  • Investigación y militancia : ¿qué vínculos?

Puesto que el enfoque deseado es ante todo interdisciplinario, serán aceptadas las perspectivas que emanen de la sociología, la crítica literaria, la narratología, la filosofía, las ciencias de la comunicación, la medicina, la psicología…

Las propuestas para las ponencias tendrán que ser transmitidas a la dirección Nouveaux-Imaginaires-du-Feminin@unice.fr antes del 9 de diciembre de 2016.

La propuesta tendrá que contener el nombre y apellido, el título, un resumen de unas 300 palabras del contenido de la ponencia y una breve semblanza biográfica.

Los gastos para la inscripción son de 30 euros, se abonarán tras la aceptación de la ponencia por el comité científico.

Los artículos derivados de las ponencias serán publicados en la revista on line In-disciplinarités de la universidad de Niza, que le dedicará un número a este coloquio.